Satire acide sur l’individualisme, « Il gatto » est une comédie brillante portée par le duo imparable Ugo Tognazzi et Mariangela Melato

Il gatto (1977)

(Qui a tué le chat ?)

Réalisé par Luigi Comencini

Ecrit par Augusto Caminito et Rodolfo Sonego

Avec Ugo Tognazzi, Mariangela Melato, Michel Galabru, Dalila Di Lazzaro,…

Direction de la photographie : Ennio Guarnieri / Production design : Dante Ferretti / Montage : Nino Baragli / Musique : Ennio Morricone

Produit par Sergio Leone

Comédie

Italie

Qui a tué le chat ? (affiche)Amedeo (Ugo Tognazzi) et sa sœur Ofelia (Mariangela Melato) ne se supportent pas mais vivent ensemble dans l’immeuble délabré hérité de leur père. Ils ont signé une promesse de vente de l’immeuble avec un promoteur, mais ils ne recevront leur premier versement que quand l’immeuble sera vidé de tous ses locataires.

Amedeo et Ofelia sont prêts à tout pour se débarrasser des derniers récalcitrants. Aussi quand leur chat est assassiné, ils voient juste l’opportunité de se débarrasser de l’un de leurs locataires. Mais qui a commis le crime ? Ils vont voir le commissaire Francisci (Michel Galabru), mais celui-ci les envoie paître. Ils vont donc devoir se débrouiller seuls. Ils ne se doutent pas que leur enquête va mettre à jour un vaste réseau de corruption impliquant des politiques, un riche entrepreneur et la mafia !

Dans les années 70, la comédie italienne vit les derniers instants de son âge d’or. Les maîtres du genre, que ce soit Mario Monicelli, Luigi Comencini, Dino Risi et Ettore Scola sont encore très actifs et produisent durant la période certains de leurs chefs d’oeuvre.

Pour sa part, Comencini inaugure les années 70 avec deux classiques : la comédie « Lo scopone scientifico » (L’argent de la vieille, 1972) et la mini série « Le avventure di Pinocchio » (Les aventures de Pinocchio, 1972) également déclinée en version cinéma. La preuve que ce déjà vétéran du cinéma italien (d’abord documentariste, il est passé à la réalisation de longs métrages de fiction en 1946) est encore en pleine possession de ses moyens.

Avec « Il gatto », Comencini signe une comédie satirique très réussie, souvent brillante, sur un scénario de Rodolfo Sonego et Augusto Caminito. Les personnages sont merveilleusement croqués, notamment le « couple » démoniaque formé par le frère et la soeur intéressés seulement par l’argent et haïssant tous ceux qui sont sur leur chemin de leur enrichissement (et donc se haïssant l’un et l’autre). Mais les locataires, avec leurs propres contradictions et leurs secrets (ainsi un club d’échecs cache un bordel), ne sont pas oubliés. Personne n’est épargné et le seul vrai bon de l’histoire, le commissaire interprété par MIchel Galabru, finira le bras dans le platre et sa carrière probablement détruite. Trop bon, trop c…

« Il gatto » est une charge à balles réelles contre l’individualisme et ses conséquences, du simple égoïsme passif à la corruption active. Chacun ne semble exister que pour y être l’instrument de l’autre, et en l’occurence ici quand un individu n’est plus utile, il doit donc disparaître. Une logique imparable.

Génie comique alors en fin de carrière (il va nettement ralentir la cadence durant les années 80 après avoir passé trois décennies à tourner 3/4 films par an), Ugo Tognazzi est encore en pleine forme. Dans le rôle de la soeur, Mariangela Melato avait commencé sa carrière au tout début des années 70 et a été révélée grâce à Elio Petri (« La classe operaia va in paradiso », 1971) et Lina Wertmüller (« Mimì metallurgico ferito nell’onore« , 1972). Le duo avec Tognazzi fonctionne à perfection. Melato et Tognazzi avaient déjà partagé le haut de l’affiche dans la comédie « Il generale dorme in piedi » en 1972.

« Il Gatto » ressort dans les salles françaises grâce à Tamasa Diffusion fin mai 2019 (distrbiteur mais également éditeur qui a d’ailleurs une belle collection DVD sur le cinéma italien). L’occasion de redécouvrir cette comédie puissante (de plus admirablement photographiée par Ennio Guarnieri) qui est également l’une des rares productions d’un autre très grand réalisateur italien, Sergio Leone.

%d blogueurs aiment cette page :