Un classique d’humour horrifique trash des années 80 écrit et réalisé par le scénariste d’Alien, Dan O’Bannon. Cultissime !

The Return of the Living Dead (1985)

(Le retour des morts vivants)

Réalisé par Dan O’Bannon

Ecrit par Dan O’Bannon d’après une histoire de Rudy Ricci, John A. Russo et Russell Streiner

Avec James Karen, Don Calfa, Thom Mathews, Beverly Randolph, Clu Gulager, Mark Venturini, Linnea Quigley, Jewel Shepard, …

Direction de la photographie : Jules Brenner / Montage : Robert Gordon / Direction artistique :
Robert Howland / Production design : William Stout / Musique : Matt Clifford

Produit par Tom Fox pour Hemdale, Fox Films Ltd. et Greenberg Brothers Partnership

Horreur / Comédie

USA

Le week end de la fête de l’inédependance en 1984 à Louisville dans le Kentucky, Frank (James Karen), qui travaille dans un entrepôt de fournitures médicales, apprend le métier à son neveu Freddy (Thom Mathews). Pour l’impressionner, il décide de lui montrer des tonneaux blindés qui appartiennent à l’armée et sont arrivés par erreur il y a 15 ans à l’entrepôt. Dans les tonneaux se trouvent des cadavres qui d’après lui proviennent de Pitsburgh où à la fin des années 60, il y a eu une invasion zombie due à des produits chimiques.

Les événements relatés dans le film « The Night of the Living Dead » seraient donc vrais ! Freddy a du mal à croire son oncle mais quand l’un des tonneaux se met à fuir, Frank et Freddy sont intoxiqués et se retrouvent avec des morts-vivants affamés à leurs trousses !

L’origine du projet est née dans le cerveau de John A. Russo, co-scénariste du mythique film de George Romero « NIght of the Living Dead », sorti en 1968, qui a véritablement créé le phénomène zombie. Tandis que Romero avait décidé de revenir au genre à la fin des années 70 avec « Dawn of the Dead », Russo lui opte pour une suite directe à « Night of the Living Dead ».

En quête de fonds pour financer le projet, Russo approche Tom Fox était un banquier de Chicago qui n’avait aucune expérience du cinéma. Celui-ci s’improvise alors producteur mais réussit à décrocher un accord de principe avec la société de production Hemdale (Terminator, Platoon,…) et le distributeur Orion. Fox embarque également Dan O’Bannon, le scénariste d’Alien, pour retravailler le scénario de Russo qu’il ne jugeait pas satisfaisant.

A la réalisation, Fox et Hemdale arrivent à débaucher Tobe Hooper qui avait déjà réalisé les classiques « The Texas Chain Saw Massacre » (1974) et « Poltergesit » (1982). Avec O’Dannon et Hooper, le projet semble alors des plus prometteurs. Deux grands noms de l’horreur vont travailler ensemble. Mais finalement Hooper est retenu sur « Lifeforce » qu’il filme au UK, et la production propose à O’Dannon de s’occupe de la réalisation, un rêve chez O’Dannon depuis qu’il avait co-réalisé (sans en avoir la reconnaissance) le premier film de John Carpenter « Dark Star » (1974).

Niveau casting, « The Return of the Living Dead » est un mix de débutants (le groupe de jeunes punks) et de vieux briscards d’Hollywood. Bon, le soucis est que Dan O’Dannon n’est pas vraiment le type le plus facile et le tournage de six semaines s’est révélé compliqué.

Le résultat ? « The Return of the Living Dead » garde le ton irrévérencieux du film de Romero (notamment face à l’imcompétence des autorités publiques – surtout l’armée), mais sinon on a le droit à un film totalement différent et il n’est pas sûr que la relation de paternité avec le film de Romero l’ait avantagé. « The Return… » est une comédie satirique avant même d’être un film d’horreur.

A noter qu’au delà de la critique des pouvoirs publics, on retrouve aussi dans « The Return of the Living Dead » la critique frontale tant de la logique de la bureaucratie (ces barils ont été envoyés à la mauvaise adresse par l’armée) que du capitalisme (qui sera abordée par Romero dès 1971 dans sa comédie romantique « There’s Always Vanilla« ), l’entrepreneur refusant d’appeler les autorités car il craint pour sa réputation.

Si « The Return of the Living Dead » est avant tout une comédie irrévérencieuse, reste que les effets horrifiques et gore sont très bien faits. Et s’il n’est pas le premier à avoir su mélanger avec succès horreur et comédie, c’est clairement l’une des plus belles réussites de ce sous-genre.

Les dialogues de Dan O’Dannon sont excellents et les personnages sont bien mis en place et interprétés par un casting qui marche à perfection. L’idée révolutionnaire à l’époque (et encore aujourd’hui) de créer des zombies qui savent parler permet aussi de donner une autre dimension au film : « Je me sens pourrir » confie un morceau de cadavre féminin en décomposition – ou encore les zombies appellent les secours pour qu’on envoie des renforts qui seront bien entendu dévorés sitôt arrivés sur place !

Malgré son budget très limité, les effets visuels restent tout à fait réussis. Notamment le personnage de l’homme-goudron (le zombie dégoulinant de 1968 qui se réveille) est merveilleusement bien réalisé par William Munns (ce qui ne l’empêchera pas d’être viré en plein tournage !) et interprété par Allan Trautman.

Bon, on ne peut pas non plus oublier de mentionner la fameuse scène qui a fait fantasmer tous les adolescents des années 80 (dont moi !), celle où la punkette Trash danse nue sur une tombe !

Bref, « The Return of The Living Dead » a atteint avec les années le statut de classique des années 80, et c’est amplement mérité. L’inestimable éditeur français Le Chat qui fume a sorti en 2017 un combo DVD/Blu-ray en 3000 exemplaires, débordant de bonus, qu’il faut avoir dans sa collection !

Combo Blu-ray DVD FR. Studio Le Chat qui fume (2017). Version originale sous-titrée en français et version française. Bonus : documentaire « More Brains » (2h), LES ORIGINES avec John Russo (15 mn), PARTY TIMES ! La musique du Retour des morts vivants (30 mn), LES FX du Retour des morts vivants (33 mn), SCÈNES INÉDITES tirées de la version de travail (12 mn), BLOOPERS (5mn), Le retour des morts vivants en mode OPEN MATTE

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :