Une chasse à l’homme nocturne dans les rues de Philadelphie avec John Cassavettes et Peter Falk au sommet de leur art. Déséquilibré mais déchirant.

Mikey and Nicky (1976)

Mikey and Nicky (1976)

(Mikey et Nicky)

Ecrit et Réalisé par Elaine May

Avec Peter Falk, John Cassavetes, Ned Beatty, Rose Arrick, Carol Grace,…

Direction de la photographie : Bernie Abramson / Montage : John Carter et Sheldon Kahn / Musique : John Strauss

Produit par Michael Hausman

Drame / Crime

119mn

USA

Nicky (John Cassavetes) est dans la mouise. Il a un contrat sur le dos pour avoir cambriolé un patron de la mafia. Mauvais idée ! Son partenaire sur le coup a été assassiné la veille. Enfermé dans une chambre d’hôtel, paniqué et paranoïaque, Nicky finit par appeler à la rescousse son ami d’enfance Mikey (Peter Falk), également de la partie.

Grâce à l’insistance de Mikey, Nicky accepte de sortir de l’hôtel mais se conduit de façon erratique. Alors que les deux compères se réfugient dans un bar pour parler, Mikey appelle un tueur à gages, Kinney (Ned Beatty) pour lui donner leur position. Mais quand celui-ci arrive, Nikcy est déjà parti « pour faire ses adieux à une ex » avec Mickey qui tente de le suivre comme il peut. Au fil de leurs prégigrinations dans Philadelphie, les deux amis parlent de leur enfance, s’engueulent tandis que Mickey tente de calmer Nicky sans succès.

« Mikey and Nicky » repose quasi intégralement sur le duo Peter Falk – John Cassavetes. Les deux acteurs se connaissent parfaitement. Amis dans la vie mais aussi partenaires au cinéma, Falk a notamment joué dans plusieurs films de Cassavettes : « Husbands », « A woman under influence » (1974) et fait une petite apparition dans « Opening Night » (1977).

Cassavettes et Falk sont tous deux de superbes acteurs, et même si le film n’est pas toujours bien équilibré et souffre de quelques longueurs, l’alchimie entre les deux suffit à faire du film une belle réussite. D’autant que la caméra est littéralement collée sur eux. « Mikey and Nicky » est in fine un film déchirant sur un homme pathétique et in fine peu sympathique incarné avec justesse par Cassavettes.

La réalisatrice Elaine May a laissé la plupart de temps plusieurs caméras tourner afin de capturer les réactions les plus naturelles possibles de ses acteurs. Elle s’est ainsi retrouvé avec pas moins d’1,4 millions de pieds en pellicules qu’il a fallu ensuite monté ! On ne saura guère surpris que le budget ait plus de doublé et que le montage ait pris du retard, May finissant par perdre le contrôle du film au profit du studio Paramount.

Elaine May a commencé au cinéma en tant qu’actrice dès la fin des années 50 et formait un duo comique sur scène avec le futur réalisateur Mike Nichols. En tant qu’actrice elle a joué notamment avec Peter Falk dans « Luv » (1967) de Clive Donner. May s’est rapidement intéressée également à ce qui se passait derrière la caméra. En 1971, elle écrit le scénario, réalise et joue le rôle principal face à Walter Matthau dans la comédie romantique « A New Leaf ». « Mikey and Nicky » était son troisième film mais sa carrière de réalisatrice a connu une fin brutale quand avec son quatirème et dernier film. May a signé en 1987 l’un des plus gros bides des années 80 « Ishtar ». Elle a cependant continué a travaillé comme scénariste pour Mike Nichols sur « The Birdcage » (1996) et « Primary Collors » (1998).

DVD zone 2 FR. Studio Carlotta Films (2008). Version originale sous-titrée en français

 

%d blogueurs aiment cette page :