Premier et peut-être bien le meilleur film de Michael Mann, « Le solitaire » est porté par un James Caan au sommet de sa forme et une réalisation au cordeau.

Thief (1981)

(Le solitaire)

Réalisé par Michael Mann

Ecrit par Michael Mann d’après le roman de Frank Hohimer

Avec James Caan, Tuesday Weld, James Belushi, Robert Prosky, Tom Signorelli, Willie Nelson,…

Directeur de la photographie : Donald E. Thorin / Montage : Dov Hoenig / Direction artistique : Mary Dodson / Musique : Tangerine Dream

Produit par Jerry Bruckheimer et Ronnie Caan

Thriller

Durée : 122mn

USA

Frank (James Caan) a passé onze ans à prison. Une fois sorti, il décide de faire tout pour gagner son indépendance. Il tient un garage le jour et perce des coffres la nuit. Quand il rencontre Jessie (Tuesday Weld), il décide de raccrocher et accepte un dernier gros coup.

Frank est un solitaire. Il parle peu, mais il parle bien. Et il sait ce qu’il veut. Après onze ans passés en prison (initialement pour avoir volé 40 dollars – plus quelques ennuis une fois incarcéré), il ne souhaite plus qu’une chose, gagner assez d’argent pour être tranquille et fonder une famille. Quite à cumuler les jobs. Il est ainsi propriétaire d’un garage de voiture le jour et perce des coffres la nuit.

Frank tient à son indépendance et a des codes de conduite très précis auxquels il ne déroge jamais. Il se fait aider par deux partenaires réguliers dont Barry (James Belushi) et  Joseph (William LaValley). Il refuse de rencontrer ceux qui achètent les diamants qu’il vole.

Mais cet orphelin qui a pour modèle paternel le voleur qui lui a appris le métier (incarné par un superbe Willie Nelson), rêve de fonder une famille. Quand enfin il a l’impression d’avoir rencontré la femme de sa vie, Jessie (Tuesday Weld), il lui déballe son âme et la supplie de l’épouser (formidable scène par ailleurs). Puis décide d’accepter un dernier gros coup avant de raccrocher définitivement.

Accepter un tel marché et ainsi déroger à ses règles de conduite va marquer le début de ses ennuis. Rapidement, il va se trouver avec tous les flics les plus véreux de Chicago sur le dos et surtout le boss mafieux qui l’a engagé va essayer de l’acheter.  Mais ça, faut pas la lui faire à Frank, sinon ça risque bien de finir dans un bain de sang !

« Thief » est le premier film de Thomas Mann et il y fait déjà preuve d’une maitrise impressionnante. L’interprétation est parfaite. James Caan est impressionnant dans le rôle de Frank et il est bien entouré d’un casting composé de gens du milieu (truands et policiers) que Mann s’est parfois amusé à caster à l’envers. Ainsi, le perceur de coffres Tom Signorelli, à l’origine du personnage de Frank, prend ici le rôle du flic corrompu qui essaie de le faire passer à la caisse.

La photo de Donald E. Thorin est somptueuse (la ville de Chicago, merveilleusement filmée, est un véritable personnage du film) et la musique de Tangering Dream colle bien à l’ambiance sans être trop envahissante (on apprécie d’ailleurs que Mann est par exemple décidé de tourner l’une des dernières scènes sans aucun son – alors même que la tension aurait été habituellement renforcée par une bonne couche de musique). En parlant de musique, on notera l’apparition à l’écran dans une scène de bar du bluesman Mighty Joe Young.

Pour en revenir à la photo, notons que vous y trouverez parmi les plus belles images de perçage de coffre (à noter d’ailleurs que, fidèle à la volonté de réalisme de Mann, on assiste à de vrais perçages de coffre, avec de vrais outils et effectués par Caan lui-même).

On a beaucoup de chance car l’éditeur Wild Side a sorti le film en France dans sa collection Blu-ray/DVD/livre. La copie est très belle, on a droit à une interview filmée de James Caan et à un livre d’entretiens avec Michael Mann signé Michael Henry Wilson.

Coffret Blu-ray/DVD/livre. Studio Wild Side. Version originale sous-tirée en français et version française. Bonus : entretien avec James Caan (20mn) et trailer. Livre de 156 pages.