Une parodie de James Bond complétement cinglée avec Vincent Price en savant fou inventeur de jeunes femmes en bikini qui explosent quand on les embrasse !! Si, si.

Le spie vengono dal semifreddo (1966)

(L’espion qui venait du surgelé)

Réalisé par Mario Bava

Ecrit par Franco Castellano, Louis M. Heyward, Robert Kaufman

Avec Vincent Price, Fabian, Franco Franchi, Ciccio Ingrassia, Laura Antonelli,…

Directeur de la photographie : Antonio Rinaldi / Direction artistique : Gastone Carsetti
/ Montage : Frederick Muller et Ronald Sinclair / Musique : Coriolano Gori

Produit par Fulvio Lucisano et James H. Nicholson

Italie / Etats-Unis

Dr Goldfoot (Vincent Price) est un savant fou qui souhaite dominer le monde. Pour ça il lui faudra se débarasser de tous les haut gradés militaires russes et américains. Mais que ça ne tienne ? Il a signé un partenriat avec les Chinois et il dispose de l’arme ultime de destruction massive : des répliques de jeunes femmes sexy qui explosent quand on les embrasse !

Les années 60 sont la décénie des copies et parodies de James Bond suite au succès inexpéré de « Dr. No » (1962) et de ses inombrables suites. Dans le cas qui nous occupe, c’est donc une production italo-américaine de 1966 signée par l’un de meilleurs artisants du cinéma italien, maitre ès séries B et Z, Mario Bava.

Bava est aujourd’hui reconnu comme un maitre du thriller horrifique à l’italienne, un précurseur du giallo, mais il a également tourné d’autres genres, des pleplums, des westerns ou encore des comédies. « Le spie vengono dal semifreddo », malgré la présence de Vincent Price au générique, appartient à ce dernier genre.

Le pitch du film (voir plus haut) laisse rêveur et afin de nous préparer de suite au ton général du film, il nous est exposé d’emblée par les deux premières scènes du film où l’on voit donc une jeune femme qui explose suite à un baiser, et le Dr Goldfoot (Vincent Price) dans son laboratoire qui explique son plan machiavélique à la caméra pour dominer le monde à base de Chinois et de jeunes femmes explosives (au sens propre) !

Nous faison ensuite la connaissance de deux clowns (le célèbre duo comique Franco Franchi et Ciccio Ingrassia), deux portiers qui s’entrainent à devenir agents secrets en prenant des cours à distance et dont l’un, à moitié édenté, est un obsédé sexuel qui imite très bien la poule… Leur premier acte de bravoure sera de se bastonner Bill Dexter (interprété par Fabian, chanteur américain et ex-idole des jeunes), qu’ils prennent pour un chinois déguisé. Manque de pot, Dexter est en fait un vrai agent secret qui tente de déjouer les machinations du Dr Goldfoot, et par leur faute, un général est mort. Mais bon c’est pas grave, il en reste une palanquée de généraux, c’est pas ce qui manque après tout… et nos deux clowns se trouvent embarqués dans une vraie école de formation pour espions !

Bon ça ce ne sont que les 20 premières minutes du film. On a droit à toutes les blagues les plus puériles, les combats en accélérés, les filles dévêtues… Il y a un jusqu’au boutisme dans l’humour populaire transalpin qui est assez remarquable. C’est simple, en comparaison « Les bidasses en folie » ou « Mon curé chez les nudistes » sont des oeuvres à haute teneur en intelligence concentrée. M’enfin rien que pour voir Vincent Price habillé en bonne soeur….

DVD zone 2. Studio Artus Films. Version italienne sous-titrée en français et version française. Bonus : « Dr Goldfoot et ses filles explosives », par Eric Peretti (21′)